01 avril 2009

EDITEURS EN COLERE.

Face :

- Aux illustrateurs qui réclament des « droits d’auteurs » alors qu’ils ne sont qu’exécutants.

- Aux illustrateurs contreproductifs qui demandent leurs contrats avant même de commencer leur travail.

- Aux illustrateurs qui se permettent de négocier leurs contrats en pinaillant sur les montants de leurs forfaits.

- Aux illustrateurs qui laissent prendre tous les risques financiers aux éditeurs,  allant même jusqu’à avoir généralisé le principe des « avances sur droits ».

- Aux illustrateurs qui contestent nos dead lines en refusant de prendre sur leurs temps libre.

- Aux illustrateurs qui profitent du système de nos contraintes éditoriales (calendriers de parution, délais d’impression, etc…) pour nous mettre la pression.

- Aux illustrateurs qui se permettent de donner un jugement sur la qualité des projets.

- Aux illustrateurs qui veulent imposer leur propre style graphique et refusent d’imiter les tendances actuelles, seules garanties d’un succès commercial auprès du public.

- Aux illustrateurs qui s’entêtent à travailler en techniques traditionnelles et refusent la technologie numérique.

- Aux illustrateurs qui veulent récupérer leurs illustrations originales.

- Aux illustrateurs qui ne se mettent pas au service du sujet en effectuant les retouches indispensables.

- Aux illustrateurs qui exigent des comptes-rendus sur les ventes de leurs ouvrages.

- Aux illustrateurs qui ne sont jamais satisfaits de la fabrication de ces mêmes ouvrages.

Nous répondons :

Les illustrateurs oublient qu’ils ont le privilège de vivre de leur passion. Nous, éditeurs, n’avons pas à assumer leurs rémunérations abusives (à l’heure où l’on s’offusque des parachutes dorés !). Ils se revendiquent « artistes » mais négligent l’essentiel : l’amour de l’art, base de toutes nos créations. Qui sont-ils pour nous donner des leçons d’éthique ?

Les illustrateurs se contentent d’empocher leurs « droits d’auteurs » à vie (et leurs ayants droits après eux) et se figurent être au fait du marché. Qui sont-ils pour nous donner des leçons d’économie ?

Si comme nous, vous ne voulez pas que la diversité culturelle de l’édition s’écroule sous le poids des leur démesure, soutenez L’APPEL DES EDITEURS.

La confédération des professionnels de l'édition

Pour signer la pétition, laissez un commentaire.

Posté par appelediteurs à 01:00 - Commentaires [66] - Permalien [#]


Commentaires sur EDITEURS EN COLERE.

    Gestalt

    Oui bien vu, ils seraient en Chine, ils feraient moins les malins. On se demande ou va la France.

    Posté par Tom H., 01 avril 2009 à 10:38 | | Répondre
  • Bloup bloup

    C'est vrai, ça, non mais ... Payés pour dessiner, on aura tout vu ...
    Grrrr, heureusement que dans dix ou 20 ans, tout se fera par ordinateur et que le mot "illustrateur" disparaîtra des dictionnaires !

    Posté par Séverine, 01 avril 2009 à 10:41 | | Répondre
  • Qu'on leur coupe les mains à ces illustrateurs , comme ça on sera tranquilles jusqu'à ce qu'ils arrivent à peindre avec la bouche ou les pieds, ça nous fera des vacances !

    Posté par Don Félipé, 01 avril 2009 à 10:44 | | Répondre
  • Merci pour cette fine analyse !

    Les illustrateurs ne sont que des hippies, souvent relativement mal rasés, qui ne connaissent rien du vrai monde. Sans les éditeurs, ils passeraient leurs journées à dessiner de gros touristes américains devant le centre Georges Pompidou (Dieu ai son âme).

    Un peu de réalisme et de pragmatisme ne leur feraient pas de mal, notamment dans le choix de leur thèmes de travail, souvent très éloignés de l'héroïc-fantasy !

    Par ce commentaire, je soutiens donc la démarche de cet appel.

    Posté par Allan BARTE, 01 avril 2009 à 10:48 | | Répondre
  • Enfin…

    un mouvement qui s'intègre au cœur du XXIème siècle sans idées préconçues, et pour le bien commun ! Un bol d'air frais !

    Posté par Laurence P., 01 avril 2009 à 10:58 | | Répondre
  • On se mobilise enfin sur les réels problèmes que nous entretenons avec ces racailles qui osent encore se dénommer des illustrateurs.

    Posté par Editions Soleil, 01 avril 2009 à 10:59 | | Répondre
  • charte

    Vite, Il faut créer la charte des éditeurs!

    Posté par ranouk, 01 avril 2009 à 11:12 | | Répondre
  • Bravo !!!!

    Le monde de l'édition se porte mal ces derniers temps, les illustrateurs qui oublient les priorités devraient se remettre en question.

    Bravo aux éditeurs pour leur action et leur courage !

    Posté par Blancou, 01 avril 2009 à 11:19 | | Répondre
  • ok

    Oui mais bon, et mes droits d'auteur... J'ai pourtant pris ma carte UMP et je cotise au MEDEF, j'ai même un poster de Parisot au dessus de mon bureau...ça compte non?

    Posté par Jiho, 01 avril 2009 à 11:25 | | Répondre
  • Enfin une pétition digne d'intérêt !

    Merci à cette confédération d'avoir pris les devants pour faire taire la grogne montante des auteurs-illustrateurs !
    En pleine période de crise, des milliers de gens n'ont pas de travail et la tendance est en hausse... Il serait indécent de laisser s'exprimer les nantis privilégiés sans aucune résistance en face.

    Professeur Pacôme,
    de l'Institut Pacôme

    Posté par Pr Pacôme, 01 avril 2009 à 11:25 | | Répondre
  • oui !

    Personellement je fais travailler de jeunes illustrateurs chinois et je m'en porte beaucoup mieux.Ils ne demandent ni avance, ni droits, juste le fouet et ils sont très contents.
    Barnard Garix,
    Editions de les Bourses.

    Posté par garix, 01 avril 2009 à 11:33 | | Répondre
  • Merci !

    Vous m'avez ouvert les yeux, j'ai enfin pris conscience de mes fautes, j'arrête l'illustration et j'ouvre une sandwicherie-pizzeria dans un quartier d'affaires et ainsi je relance la croissance.

    Posté par gab, 01 avril 2009 à 11:45 | | Répondre
  • Tous ensemble!

    Appelons de plus en plus d'éditeurs à rejoindre ce mouvement!
    J'aimerais tant serrer la main de l'illustre auteur de cette pétition,
    quel courage, quel franchise! Qu'on fasse payer leur arrogance à ces escrocs d'illustrateurs!

    Posté par furiosa, 01 avril 2009 à 11:54 | | Répondre
  • Tous ensemble

    Personnellement, je paye toujours pour qu'on édite mes dessins;c'est un gage de liberté éditoriale.Je ne comprends pas l'attitude de mes confrères qui réclament une rémunération pour leur pseudo-travail.

    Posté par Deligne, 01 avril 2009 à 11:55 | | Répondre
  • je crache dans la soupe pourtant bien chaude

    Les illustrateurs ont leur place à trouver, comment en vivent ils? Certainement moins bien que certains éditeurs...Chacun son risque,dans toute la chaine du livre. Et la création est vouée à devenir uniforme et sans intérêt avec une telle philosophie. Dans ce domaine comme dans bien d'autre il serait temps que les valeurs soient remises à la place qu'elles méritent.

    Posté par seventies, 01 avril 2009 à 11:57 | | Répondre
  • En tant que hippie mal rasée, je m'insurge!
    Vous n'avez pas le droit de nous traiter comme ça vous les éditeurs! Je dois faire travailler mes chèvres jusqu'à des heures pas possible pour respecter des délais que vous, les décideurs capitalistes, moutons serviles de notre société néo libérale qui mène les individus à la perte de leur âme, NE RESPECTEZ PAS! Je n'ai pas peur de le dire messieurs les éditeurs : vous n'êtes que des ronds de cuirs et vous êtes tous méchants!

    Posté par Marie de Monti, 01 avril 2009 à 12:08 | | Répondre
  • Misérables pucerons

    Ayant pour ma part déjà laissé sur le carreau deux éditeurs, j'encourage vivement mes confrères à cracher sur le corporatisme de cette pétition et les petits caporaux de la création qui la soutiennent.
    Les auteurs illustrateurs doivent pouvoir continuer à ruiner sans vergogne cette indigne profession d'éditeur lesquels n'ont été crées par dieu que pour dilapider avec abnégation leurs petites fortunes familiales ou le salaire de leurs épouses et être traits comme des vaches à lait par nous autres , la race supérieure des auteurs illustrateurs.

    Posté par Samson, 01 avril 2009 à 12:16 | | Répondre
  • BRAVO

    si,si, bravo
    c'est pourquoi à l'iconograf, nous apprenons à nos futurs illustrateurs à ne pas perdre de temps à lire un contrat trop compliqué pour eux de toute façon. et qui leur ferait encore perdre du temps dans la production d'image à la chaîne.

    Posté par Thierry, 01 avril 2009 à 12:40 | | Répondre
  • Enculade

    Que le saute-ruisseau, le grouillot, le rat, le cuistre qui a écrit cette merde aille se faire enculer ou plutôt qu'il s'encule lui-même avec un poisson. Aujourd'hui, premier avril, il y en a d'excellent, une rascasse, oui, moi je vois bien une rascasse dans le cul de ce blaireau. Il saura au moins pourquoi il est en colère.

    Posté par Ballouhey, 01 avril 2009 à 12:46 | | Répondre
  • Pfff

    LOL
    MDR
    PTDR
    je KIF!!

    Posté par migouze, 01 avril 2009 à 12:59 | | Répondre
  • j'abonde. Non à la chienlit de ces inutiles scribouillards qui torchent tout.

    Posté par Wandrille, 01 avril 2009 à 13:02 | | Répondre
  • d'avril

    Bravo, bien vu, je m'ai laissé prendre 5 minutes.

    Posté par Jean Poisson, 01 avril 2009 à 13:11 | | Répondre
  • Et jusquà la moëlle !

    Pour une réponse plus constructive,
    je suis d'avis comme Samson d'encourager nos confrères illustrateurs à ronger sans vergogne et jusqu'à l'immonde moëlle l'os dégueulasse de l'ignoble éditeur.
    J'ajoute que ces "misérables pucerons" devraient nous remercier d'exister et nous vouer à tout jamais le culte suprême du "Saint Illustrateur", celui a bien voulu accorder à ces pauvres errants dans la fange du matérialisme l'opportunité de se voir être transcendés par l'utilisation de nos oeuvres d'art.

    Posté par migouze, 01 avril 2009 à 13:20 | | Répondre
  • ouais bien vu!

    ouais j'abonde dans votre sens, je dis vive Sarko et la poule au pot!
    ANNko

    Posté par tageule, 01 avril 2009 à 13:40 | | Répondre
  • Quelle journée de merde,

    j'ai ma bentley continental qui vient de claquer et des illustrateurs aux fesses avec leurs lots de revendication aberrantes.
    je me casse aux caraïbes merde!

    Posté par un éditeur furax, 01 avril 2009 à 14:05 | | Répondre
  • Initiative

    Il n'est que temps de convoquer un Grenelle de l'illustration.

    Posté par cambon, 01 avril 2009 à 14:08 | | Répondre
  • mais oui merde, quoi!

    Posté par Anaïs, 01 avril 2009 à 14:13 | | Répondre
  • Appel d'offre

    Bonjour, je suis jeune éditeur et je souhaite publier "Putain de métier", un ouvrage uniquement composé de dessins d'illustrateurs bénévoles ayant fait leur auto-critique.

    Posté par Edition Jean Tub, 01 avril 2009 à 14:32 | | Répondre
  • avances sur droits

    Qu'est ce que ça veut dire cette histoire d'avances... et de droits ???

    Posté par EditionsWarum, 01 avril 2009 à 14:39 | | Répondre
  • Foireux

    C'est scandaleux ! vous vous croyez drole ? vous croyez qu'on fait exprès de naitre illustrateur ? Cette blague est moizie.

    Posté par Anne Huss, 01 avril 2009 à 15:01 | | Répondre
  • Salopards

    Moi, j'ai réglé le problème: je fais tout exécuter en Roumanie au noir par des tâcherons frais émoulus des écoles d'art locales déjà bien contents d'être nourris une fois par jour et même logés (bon à dix par lit à tour de rôle) et qui ne me les brisent pas avec des revendications salariales extravagantes.

    Jorg Dargo

    Posté par Dargo, 01 avril 2009 à 15:16 | | Répondre
  • C'est trop peu

    Pour ma part,
    je me démarque de mes confrères,
    qui ne sont pas assez offensifs, bande de Chérèques ! J'ai refusé de participer à cette initiative.
    J'aurai préféré un appel, certes plus radical, mais cosigné avec l'amicale des distributeurs de produits littéraires. Je sais qu'ils sont un peu extrèmes, mais pour être écoutés il est parfois souhaitable de s'associer, même le nez bouché, avec les "ultra de la distri", comme j'aime les appeler.
    En résumé c'est un début trop timoré.

    Posté par Herve de La Mart, 01 avril 2009 à 15:23 | | Répondre
  • Il est temps...

    Il est temps de remettre à sa bonne place la part soi-disant créative de l'illustrateur au service de l'oeuvre à illustrer: un illustrateur est un homme de service, pas un homme de créativité. On ne lui demande que d'illustrer, c'est à dire: d'éclairer, sans plus.
    L'éditeur qui choisi une ligne graphique a ses raisons.
    Il m'est arrivé dans le passé, d'avoir à subir les foudre d'un outrecuidant besogneux qui avait eu la prétention de me faire réécrire un passage d'une nouvelle (Loft under the seven seas)car elle était selon lui trop plate à illustrer... Dans quel monde vit-on!
    Jean-Pascal Hemingway

    Posté par JPH, 01 avril 2009 à 16:14 | | Répondre
  • Et la misère, bordel !

    Je soutiens votre combat, valeureux éditeurs ! Le scandale ce sont ces péteux du pinceau qui roulent en voiture de luxe et habitent dans de superbes hôtels particuliers payés par la sueur des smicards de l'édition qui prennent tous les risques, eux !!
    Ruinons-les, affamons-les, et pressons-les comme des citrons, le jus qui en sortira sera assurément plus talentueux que ces merdes de bobos repus qu'ils osent nous vendre des fortunes !
    Les véritables artistes sont souvent morts dans le dénuement le plus total ! Alors offrons-leur la chance de passer à la postérité avec une vraie misère !!!!

    Posté par biz, 01 avril 2009 à 17:05 | | Répondre
  • encore

    et oui mais on a pas pensé aux libraires qui ne prennent que à peine 35 pour cent du px du bouquin qu'on expose gratuitement dans nos librairies. les auteurs avec leur 5 à 8 pour cent, on peut s'en passer, on peut faire dez bouquins avec des phoitocopies relookées et des jeunes dessineux qui sortent des écoles et nous font pas chier vu qu'ils sont contents de leur sort et qu'ils vivent chez leurs parents. Organisons des salons de la BD entre éditeurs et libraires et soldeurs. les auteurs demandant à venir souhaite en plus qu'on les nourrisse, et puis quoi encore. ils ne voient pas tous les risques qu'on prend avec 80 pour cent des merdes qu'ils nous dessinet et en refusant la critique.
    Artistes... et puis quoi, gangréne de l'édition qu'ils sont en train de tuer par leur exigence et le fait de vouloir être payé.
    syndicons nous, libraires, editeurs et plions ces crétins nantis qui restent chez eux à dessiner, bien nourris par leurs femmes qui, elles, vont au charbon...

    Posté par edition blaireau, 01 avril 2009 à 17:26 | | Répondre
  • Un conseil aux éditeurs

    Peut-être une piste pour se passer complètement des services ("service" laissez-moi rire)de ces illustrateurs : certaines imprimeries en Asie proposent maintenant un vrai service : la copie détournée stylistiquement d'images fournies par vos soins grâce à petit logiciel de mon invention, Illustrateuratort : un livre a eu du succès? Il vous suffit d'en envoyer un exemplaire à l'imprimeur qui vous livre quelques temps plus tard des milliers d'exemplaires d'un bon petit plagiat, libre de droit!
    Quel bonheur!
    Nous travaillons actuellement à la mise au point du logiciel, pour le texte, yes!
    Bon baisers
    Joseph

    Posté par Joseph Jacquet, 01 avril 2009 à 17:59 | | Répondre
  • Un peu plus de plasticité chez les artistes !

    J'adhère car j'adore les gens qui m'éditent. Eux aussi un devrait leur élever une statue !

    Posté par Auguste Rodin, 01 avril 2009 à 18:09 | | Répondre
  • Y-a-t-il un éditeur pour m'éditer?

    Bravo, enfin de la souplesse et un vrai mouvement qui remet en cause un truc trop consensuel à mon goût. Moi même, je l'avoue, je fus tenté de par le passé de percevoir des droits d'auteurs afin de boire comme un soulard de la bédé à l'Open Bar. depuis, je me suis ressaisi et ne travaille plus que pour les éditeurs indépendants qui, eux au moins, n'ont pas la perversion de nous tenter avec de l'argent. Mais, j'ai pas trouvé ou est-ce que l'on signe. Je pourrais également si vous le désirez citer un certain nombre de soi-disant illustrateurs qui demandent de l'argent pour dessiner. Dénoncer est un devoir républicain et j'ai les noms. Merci

    Posté par Caritte, 01 avril 2009 à 18:24 | | Répondre
  • Qu'on les pende, haut et court !

    Tous ces saltimbanques, ça fait trop longtemps qu'ils abusent !
    Les éditeurs sont bien trop gentils avec eux, je trouve. Ces "artistes", on devrait leur faire payer l'impression de leurs bouquins, et qu'ils aillent eux-mêmes démarcher les libraires si le boulot du diffuseur ne leur plaît pas. Quant aux avances sur droits, dans le contexte économique actuel où tant de gens souffrent de la VRAIE précarité, c'est indécent ! J'ai même entendu dire que quand on leur accorde la chance de pouvoir dédicacer leurs livres en festival, on va jusqu'à leur payer le transport, le logement et la nourriture, non mais et puis quoi encore ?!
    Il leur faudrait une bonne guerre, moi je dis. Quand il ne leur restera plus, pour obtenir un croûton de pain, que la possibilité de peindre des pin-ups sur le flanc des bombardiers, ils rigoleront moins, ah ah !

    Posté par Bruno Bellamy, 01 avril 2009 à 18:31 | | Répondre
  • Ouais !!! Sus aux illustrateurs ! Platon avait raison, boutons-les hors de la cité !!!

    Posté par Alice, 01 avril 2009 à 19:20 | | Répondre
  • HA!ha!ha!

    C'est une plaisanterie ou quoi? Les auteurs français sont dans les moins bien payés d'Europe. Comment pouvez-vous justifier ces propos? D'ailleurs à mon avis c'est une blague et y'a pleins de gens de l'UMP qui s'y sont laissés prendre. Sachez que non loin de là les gens ont encore du goût et un libre arbitre non dicté par le marché. y en a marre de voir des clones de clones dans l'illustration et la seule faute en revient aux éditeurs eux-même qui nous recycle toujours la même merde indigeste en croyant "faire des découvertes". Quelle bonne blague! Et quel manque de culture! Mais je pense qu'il s'agit surtout d'une amnésie intéressée. Heureusement il y a encore des éditeurs engagés et un public non lobotomisé. Mais vous avez raison sur un point, on va éditer nous-même nos bouquins, s'associer et se passer des éditeurs à fric qui ne savent rien faire, même pas tenir un crayon. Vive les auteurs-éditeurs! Mort à la "Profitation"! Merci pour ce petit entracte qui m'a bien défoulé.

    Posté par gnot, 01 avril 2009 à 19:31 | | Répondre
  • Que font les illustrateurs?

    Que font les illustrateurs pour élever l'art au rang de marchandise folklorique ?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour nous aider à piller les pays pauvres?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour aider Yann Arthus Bertrand à sauver la Terre et l'honneur des riches pilleurs de bois et de diamants ?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour installer plus d'antenne relais et nous aider ainsi à éradiquer les abeilles et les insectes pour entraîner peu après l'extinction de toute vie sur Terre ?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour contrôler l'immigration clandestine et renvoyer dans leurs pays ravagés par les guerres et les famines, les populations civiles fuyant leurs pays ravagés par les guerres et les famines que nos élus supervisent?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour sauver le capitalisme et faire en sorte que la croissance économique reprenne (à deux chiffres) alors que la récession et la déprime s'installent dans les pays où la bourgeoisie a bâti le capitalisme pour assouvir le peuple?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour construire plus d'autoroutes à 10 voies et de prisons pour jeunes insolents fumeurs de drogue ?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour transformer les dernières forêts primaires en champs de colza transgénique pour nourrir nos voitures et nos avions?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour faire enfermer tous les terroristes qui s'opposent à un l'avènement d'un capitalisme vert et moral ?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour collecter de l'argent destiné à diffuser le virus du sida au plus d'africains possible?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour la prostitution forcée des enfants dans les îles que nous avons colonisées?
    Rien.
    Que font les illustrateurs pour "Niveler, standardiser le paysage humain, effacer ses irrégularités et bannir ses surprises" ?
    Rien.
    La moindre des choses c'est donc de dire que les illustrateurs ne font rien de mal.

    Un illustrateur.

    Posté par willy dynamite, 01 avril 2009 à 21:14 | | Répondre
  • très drôle ce poisson d'avril!!!

    peut être que ce blog et une supercherie, une plaisanterie vaseuse...
    Mais si vous êtes sérieux; vos propos transpirent le mépris, et vs devriez vs recycler en dessinateur pour voir la réalité de ce métier.

    Nous ne vivons pas que d'amour et d'eau fraîche.
    Donc comme vs , nous avons besoin de garanties, pr cela un contrat avant de travailler, à moins avoir pleine confiance en nos collaborateurs.

    Vous dites que nous ne sommes que des exécutants, je vois plutôt la création d'un livre comme l'œuvre de plusieurs corps de métiers respectables qui ensemble le réalisent au mieux l'ouvrage.
    Cela me donne envie d'accomplir mon projets de micro-édition...avec des artistes , peut être des éditeurs libre, vivants et généreux.

    En lisant vos mots je me rend compte de votre frustration...Je vous souhaite tout de même un bon rétablissement pour le bien de tous.
    Par respect pour vs même, ne sous-estimez pas la valeur d'autrie ou alors prenez un crayon et apprenez à dessiner....C'est peut être ce qu'il vous faudrait.

    Posté par vi, 01 avril 2009 à 21:32 | | Répondre
  • Poil au nez.


    (Scusez, j'suis poète, j'sais pas me retenir...)

    Posté par Alice, 01 avril 2009 à 23:20 | | Répondre
  • Parcequ'ils sont payes? Pour de vrai? Alors la, je suis sideree. On en apprend tous les jours... Ne me dites pas que l'on cotise pour eux en plus!?!

    Posté par sand, 01 avril 2009 à 23:46 | | Répondre
  • pour ma pare jeu sui pa dessinnateur mai aicrivin et c'et vré que des foi jeu trouve keu je sui bocout payer quat mème, mmai je trouve kon ai dis foi mieu qe cés nulles de dessinateur qon amème pas besoin deu pour faire des livre si tu croi que victor ugot ou artur rinbo il attandais aprés un dessinnateur alor la tu teu met le doigt ou je panse.

    Posté par vincent, 02 avril 2009 à 00:05 | | Répondre
  • ben moi je trouve que les éditeurs sont trop géniaux, je ne me plains pas
    ils font des considérables campagnes de publicité pour vendre mes livres
    ils respectent mon travail autant qu'ils me respectent moi en me permettant de vivre de mes dessins
    et mes livres ne sont jamais pilonnés
    alors oui je signe cette pétition

    Posté par pepito, 02 avril 2009 à 09:42 | | Répondre
  • poésie

    Boris Vian écrivait il y a bien longtemps dans un poème des "cantilènes en gelée" (citation de mémoire):

    "Il est temps qu'un texte de loi prive les éditeurs de leurs droits civils, civiques et politiques. On met bien les souteneurs en prison. Et encore, eux, leurs putains les aiment... ...".

    N'est-ce pas un joli poème... ...Pourquoi une catégorie professionnelle (les éditeurs) a-t-elle depuis des temps immémoriaux adopté une telle mentalité de domination à l'égard de ses fournisseurs, les auteurs, tenus pour ignorants et corvéables et peu dignes d'être payés pour leur travail? C'est une énigme.

    Posté par TORQUEMADA, 02 avril 2009 à 10:46 | | Répondre
  • C'est quoi cette rigolade?

    Ceux qui ont écrit cet article ont un bon sens de l'humour, ou alors ils sont à côté de leurs pompes... Dans les deux cas, moi ça me fait plutôt rigoler et on ne peut décemment pas croire qu'ils soient sérieux. Les pauvres éditeurs soumis au diktat des illustrateurs! Hahaha! Oui plaignons les!

    Posté par Max, 02 avril 2009 à 10:49 | | Répondre
  • Artiste gratuit

    Je dessine gratuitement si ça intéresse un éditeur ???

    Posté par Sanrankune, 02 avril 2009 à 11:13 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire